naar top
Menu
Logo Print

ENCORE TROP PEU DE CONNAISSANCES SUR LA CORROSION SOUS ISOLATION

La prise de conscience des travailleurs aide a proteger l'integrite des actifs

Dans le cas de nombreuses conduites, l’eau traverse via des appuis de suspension l’isolation jusqu’au tuyauL'ageing ou vieillissement de l'équipement reçoit peu à peu dans le monde industriel l'attention qu'il mérite. L'une des principales causes d'ageing est la corrosion sous isolation ou CSI. Ce problème reste jusqu'ici un poste de coûts énorme, notamment pour les firmes avec des kilomètres de conduite isolée ou d'autres composants d'installation. En tant que forme de corrosion invisible, la CSI peut en quelques années ronger fortement l'intégrité de votre installation.


SUR LA CSI

Lorsque l'eau atteint des conduites ou appareils isolés à travers l'isolation, cela peut donner de la corrosion sous isolation (CSI). Cette forme de corrosion peut être accélérée parce que lors de l'évaporation de l'eau, les différents polluants restent sur la conduite et peuvent s'y concentrer. Le phénomène a commencé à s'amplifier vers la moitié des années 1970, alors que les industries de transformation appliquaient peu à peu des températures plus élevées. Les normes de sécurité plus strictes et la hausse des prix de l'énergie ont donné lieu à une application à toujours plus grande échelle d'isolation.

IMPACT SUR L'INTEGRITE DES ACTIFS

La CSI est notamment un souci constant pour les entreprises pétrochimiques, ayant des kilomètres de conduites traversant leur site. La disponibilité de steam crackers est par exemple cruciale pour l'intégrité des actifs.Si l'isolation a mal été posée antérieurement, diverses formes de dégradations peuvent être rencontrées lors du remplacement, comme des trous dans des pièces de cuve, de la corrosion sur l'acier au carbone mais aussi le cracking d'inox. Cela est d'autant plus vrai si les composants d'installation sont exposés à l'air salin de l'environnement. Le milieu sous l'isolation peut alors devenir très agressif en raison d'une accumulation de chlorures et d'autres sels pendant que l'isolation est mouillée et sèche. Les résidus de sel restants ont, en outre, un effet hygroscopique. L'eau est, de ce fait, retenue plus longtemps.

SOLUTION APPAREMMENT SIMPLE

La théorie de la corrosion peut être présentée simplement à l'aide du 'triangle de corrosion'. La corrosion ne peut survenir qu'en la présence simultanée d'un électrolyte, d'acier au carbone (ou autre matériau) et d'oxygène (dans l'eau)
ici, la température, les sels et l'épaississement renforcent le phénomène. Supprimez un de ces éléments et vous n'avez plus de corrosion. Voilà pour la théorie ...

APPROCHE DES LA CONCEPTION

“Nous en savons encore trop peu sur la CSI”, estime Johan Sentjens (Temati), 2ème de la gauche“Sans isolation, pas de CSI." Avec cette remarque, Jos Weekers, Senior Consultant chez Stork, a frappé juste. Cela l'a amené directement à la toute première question qu'il faut notamment se poser pour aborder le problème: existe-t-il bien un argument technique lié au processus pour placer de l'isolation? Alors que le projet d'installation se trouve toujours sur la table à dessin, un choix de matériau adapté à l'application (acier revêtu, acier inoxydable, lean duplex, plastique) et un lay-out structurel bien étudié peuvent déjà limiter fortement les coûts de maintenance futurs liés à la CSI. Il peut par exemple s'agir d'éviter les appuis de suspension et les constructions difficilement accessibles, ou de prévoir suffisamment d'espace de manière à ce que l'isolation puisse être posée correctement.


RESPECTER LES SPECIFICATIONS

N’utilisez les enduits que comme dernière barrière contre la CSI car aucun n’offre 100% de garantieAvant la phase d'isolation, les méthodes de pré-traitement possibles pour la surface des composants d'isolation à isoler doivent être envisagées (sponge blasting, bristle blasting, laser, induction). Lors de l'exécution, il faut éviter que des facteurs externes comme les conditions climatiques, la pression du temps, etc. influencent la qualité du travail. Cela vaut aussi pour l'application de systèmes de protection (stabilisateurs de rouille, matrice multi-polymère inerte, nano-revêtements, TSA, …). Pour ce qui est du matériau d'isolation même aussi, il existe diverses possibilités: enduits isolants, nanotechnologie (plus fine) hydrophobe, aéro-gel, enduit visco-élastique et ruban adhésif d'étanchéité (au lieu de mastic), polyester durcissant sous l'effet des UV, etc. Pour le pré-traitement, la protection comme l'isolation, il faut veiller à ce que les spécifications exigées soient respectées. Si on est par exemple un peu négligent par rapport aux spécifications relatives au pré-traitement de surface de la conduite, l'enduit risque de ne pas fonctionner correctement car il exige une certaine propreté de surface. Le risque de CSI à un stade ultérieur est, en outre, accru.


SENSIBILISATION

Après la conception et l'installation, la 'conscience' joue un rôle majeur, estime Weekers. On ne prête pas attention à l'isolation dans toutes les entreprises. Il arrive ainsi que quelqu'un marche dessus pour atteindre un certain endroit, ou pose une échelle contre, sans être conscient de faire quelque chose de mal ... Les installations isolées ont beau être au top, les conséquences du comportement humain par rapport à l'intégrité de l'isolation sont loin d'être toujours aussi visibles. Justement parce qu'on ne peut pas voir ce qui se passe sous l'isolation, la connaissance du processus et l'installation de transformation jouent un rôle crucial, selon Bert Wolfs, Senior Technical Support Engineer chez Sitech. Toute personne au sein de l'entreprise travaillant à proximité des composants isolés devrait savoir pourquoi exactement de l'isolation a été placée (quels sont les fluides passant par la conduite?, quelles sont les pressions et températures?), et se doit également de signaler directement toute indication possible de corrosion sous isolation (par exemple zones d'humidité, gouttes, …).

PAS DE METHODE DE TEST UNIVOQUE

Jusqu'ici, il n'existe toujours qu'une seule manière fiable pour détecter la CSI: débarrasser la conduite ou l'appareil de son isolation et procéder à une inspection visuelle. Les entreprises contraintes, en raison des kilomètres de conduite isolée, de sélectionner des points de contrôle pour des vérifications de CSI ne peuvent considérer la présence d'eau à proximité de l'installation que comme une indication possible. Cela ne signifie toutefois pas forcément qu'on rencontrera réellementde la CSI à ces endroits. Pour la détection de CSI, on a le choix entre toute une série de méthodes de test non destructives: profilage radiométrique, IRIS à base d'ondes ultrasonores, guided wave radar, Pulse Eddy Current, Remote Field Eddy Current, réflectométrie acoustique (APR), détection d'eau, grues à caméra télescopiques, … Aucune méthode ne permet cependant une mesure univoque de la CSI, et il n'y a pas non plus une technique supérieure. Il faut à chaque fois regarder quelle méthode est recommandée. Pour la détection ciblée de CSI, il n'y a par ailleurs pas que le choix de la méthode de mesure qui est important. Un positionnement correct des capteurs (par exemple pas à l'extérieur de laine minérale mais à la jonction entre la laine et l'acier, où le phénomène se produit) a également son importance.

PARTAGE DE CONNAISSANCE NECESSAIRE

La connaissance fondamentale sur ce qui se passe exactement sous l'isolation est encore restreinte. Le partage de connaissance jouera donc un rôle important dans la lutte contre le vieillissement des installations.


QUELQUES CHIFFRES SUR LA CSI

Il ressort d'un rapport de l'OCDE de 2017, avec une analyse de 430 incidents industriels, que sur la part imputable à l'ageing, la corrosion

était la cause dans 45% des cas.

 

Parmi les conséquences possibles, le dégagement de substances dangereuses arrive en première place (50%), suivi de l'impact nocif sur l'homme (16%).

 

En ce qui concerne les composants d'installation impliqués, les conduites arrivent en tête (45%).