naar top
Menu
Logo Print

LE GMAO AIDE AUSSI LES POMPIERS DE PARIS

BSPPLa brigade présente avec le projet Sygal sa strategie de maintenance

Peu de services de maintenance peuvent dire que les plus de 100.000 références dans leur logiciel de maintenance sont réparties sur une superficie de 800 km² et luttent chaque jour contre le feu et autres désastres. Pour la Brigade de Sapeurs-Pompiers de Paris (BSPP), c'est toutefois la réalité. L'équipe technique de la base de maintenance à Voluceau - composée de 200 personnes - a pour tâche de garder la plus grande unité de pompiers d'Europe et ses biens opérationnels. Carl Software facilite cette tâche avec le projet 'Sygal'.

HISTORIQUEMENT MILITAIRE

Outre les impressionnants chiffres présentés en page suivante de cet article, la BSPP a une longue histoire. La brigade est créée en 1793 en tant que Corps des gardes-pompes de la ville de Paris. A la suite de l'incendie ayant duré 23 heures à l'ambassade d'Autriche, Napoléon la place par décret impérial sous administration militaire. Après quelques changements de nom, les pompiers parisiens reçoivent le 1er mars 1967 le titre final de Brigade de Sapeurs-Pompiers de Paris. La BSPP est aujourd'hui une brigade des ingénieurs de l'armée française, sous la direction d'un général de brigade. Les 8.500 pompiers - hommes et femmes confondus - prennent leur tâche très au sérieux, comme en témoigne leur devise 'Sauver ou périr'. La préférence allant bien sûr au premier.

MAINTENANCE INDEPENDANTE

L'organisation militaire des pompiers de Paris a des conséquences pour un certain nombre de choses. La principale se situe dans la nature d'une armée, voulant pouvoir opérer de manière autonome. Cela s'exprime aussi au niveau de la maintenance; la BSPP assure sa propre maintenance. Cela ne concerne pas seulement les 81 bâtiments ou les plus de 1.500 références de matériel roulant … De plus petites choses comme les lances, les masques à gaz, … et même les petits mousquetons font aussi partie de la stratégie de maintenance.

BSPPMAINTENANCE DE PREMIERE LIGNE

Pour sa stratégie de maintenance, la BSPP utilise bien la première ligne: la maintenance par l'opérateur.

Inspection visuelle

Dans ce cas concret, cela signifie que le matériel critique sur et des véhicules de pompiers est inspecté chaque jour visuellement par les pompiers présents au début de l'équipe du matin. Les tâches de contrôle sont réparties et enregistrées lors de l'appel du matin et après le contrôle, chacun signe pour l'élément dont il était responsable. A titre d'exemple: la check-list pour les masques à gaz et la bouteille et l'amenée d'air correspondantes contient min. 25 pages.

BSPPMAINTENANCE DE DEUXIEME LIGNE

Réserve

Pour les pompiers, le 'temps de disponibilité' peut souvent faire la différence entre vie et mort. La BSPP prévoit donc un équipement et des véhicules de réserve, prenant la place des choses s'étant avérées défectueuses ou dans un état douteux après un contrôle visuel. Les pompiers prennent ainsi toujours la route avec un équipement vérifié.

Ateliers de proximité

Les pompiers de Paris disposent de quatre 'ateliers de proximité' (notamment à Nanterre), où une équipe technique restreinte peut exécuter certaines tâches de base en matière de maintenance comme un petit entretien d'un véhicule.

BSPPMAINTENANCE DE TROISIEME LIGNE

Si les problèmes constatés sont plus graves, labrigade fait appel à l'atelier central et aux techniciens de la CMAI: la Compagnie de Maintenance, une équipe de 200 personnes basée à Voluceau.

Le Camp de Voluceau

Comme nous l'avons dit, les véhicules et l'équipement exigeant une intervention de maintenance plus poussée partent pour le Camp de Voluceau. Les 200 personnes dans ce camp exécutent des tâches de maintenance sur le plan correctif comme préventif. La prévention s'exprime surtout dans le contrôle de toutes sortes d'interventions de maintenance et le suivi et la planification d'entretiens. La maintenance corrective au Camp de Voluceau se concentre surtout sur les véhicules et bateaux ayant subi des dégâts mécaniques comme de carrosserie. Dans les différents ateliers, on répare les moteurs et la mécanique, on travaille avec le banc à dresser et à étirer, on débosselle et on peint, … Le mécanisme de l'échelle sur les camions à échelle a même son propre atelier spécifique et pour le bateau en réparation, un chapiteau temporaire a été dressé.

PROJET SYGAL

Outre les tâches de maintenance correctives et préventives remplies au Camp de Voluceau, ils assurent aussi la permanence de maintenance et le planning est également dirigé de là. Sur ce plan, la brigade de pompiers de Paris a fait de gros progrès avec le Projet Sygal (Système de gestion et d'aide à la logistique), en collaboration avec le concepteur et fournisseur Carl Software.

Vue d'ensemble instantanée

La BSPP attendait du logiciel un programme moderne, facile à entretenir et évolutif adapté aux activités professionnelles. Le logiciel devait remplacer les procédures de chaque service et offrir un cadre de référence unique pour toute la brigade; une vue d'ensemble instantanée. Une amélioration de la gestion du stock et une simplification du processus d'achat devaient être inhérentes. Des indicateurs et rapports devaient, enfin, permettre aux pompiers de diriger les activités.

Cinq cahiers des charges

Les cinq domaines fonctionnels (maintenance - achat - transport - gestion du parc - stock) ont reçu chacun un cahier des charges avec leurs besoins spécifiques. Pendant le planning serré - huit mois entre le début du projet et la mise en place d'un site pilote, les pompiers ont reçu à chaque phase du projet trois mois de soutien de Carl Software. Le projet coûte au total plus de 1 million d'euros.

Timing

Avant la mise en service de Sygal en janvier 2016, on est successivement passé par les phases suivantes depuis 2013: lancement, formation et transfert de compétences, ateliers d'élaboration détaillée, développement de spécifications, tests, paramétrage, feed-back de données, mise en application opérationnelle, implémentation de l'infrastructure de production, dernier règlement de la solution, site pilote BSPP, échange d'expérience, valorisation et consolidation.

BSPPLogiciel à l'œuvre

Aujourd'hui, trois des cinq services de la division logistique utilisent déjà le GMAO. Le progiciel sur mesure est utilisé pour la gestion de l'équipement, le traçage des interventions et de la maintenance, la gestion du stock et l'optimisation des prévisions d'approvisionnement. Les équipements et le stock impliquent des chiffres impressionnants:

  • 300 camions lourds;
  • 710 véhicules légers;
  • 50 remorques;
  • 30 bateaux;
  • 10 bus.

Ils consomment par an 1,8 million de litres de diesel, 14.000 litres d'essence et 23.000 litres de lubrifiant. Le matériel de lutte contre le feu exige 25.000 litres d'additif à eau d'extinction; 5 tonnes de poudre d'extinction et 800 m³ de gaz. Le plus petit équipement - comme les 1.200 jeux de masques à gaz - se trouve à bord de ces véhicules (d'intervention). Au niveau de l'IT, la BSPP représente 330 ordinateurs, 700 imprimantes et 300 serveurs sur 88 sites.

Prévention

Un aspect important du GMAO est le renforcement de la maintenance préventive. Il y a déjà aujourd'hui quelque 2.000 plans de maintenance préventive dans le système. Entre-temps, le rapport entre maintenance préventive et curative est de 60%-40% à la BSPP.

AVENIR

L'introduction d'une solution numérique pour le livre d'incidents physique, toujours rempli manuellement aujourd'hui, semble peut-être lointaine. L'implémentation du GMAO dans les deux autres services s'annonce à plus court terme.